J'ai testé pour vous la gamme de couteaux japonais Sekiryu
  • Imprimer

J’ai testé pour vous la gamme de couteaux japonais Sekiryu

J’ai testé pour vous la gamme de couteaux japonais Sekiryu

Chères bloggeuses, chers bloggeurs,  

Aujourd'hui, j'ai choisi de vous présenter et d'essayer pour vous

quelques uns des couteaux japonais de la gamme Sekiryu.

  Ces couteaux sont particulièrement utiles pour la cuisine japonaise, notamment sushi, maki, yakitori et autres délices.   Au menu de mon diner de samedi : sushi au saumon, maki aux crevettes, avocats et carottes, et california au saumon et avocat. Pour mener à bien cette mission délicate, j'ai sélectionné trois couteaux.   Le premier, le couteau Nakiri, possède une lame très haute et rectangulaire. Ce couteau, qui ressemble à un couperet de boucher, est utile pour trancher et émincer les légumes d'un coup sec. Sa lame de 175 mm de long permet une coupe nette et droite, et son manche en bambou offre une résistance accrue. L'acier japonais utilisé pour confectionner la lame lui offre une durée de vie plus longue qu'un inox traditionnel (à entretien comparable).  
  Le deuxième couteau, un Sashimi alvéolé, s'utilise pour la découpe de petites pièces de poissons, les sashimi. Sa longue lame perforée permet de trancher finement une pièce de poisson en gardant une glisse optimale : le gras et les petits résidus se déposent principalement dans les alvéoles de la lame pour conserver la meilleure qualité de coupe qui soit. L'acier utilisé est le même que le couteau Nakiri, un acier japonais résistant et bien fini.  
  Enfin, le troisième couteau est un couteau Sashimi traditionnel, utilisé comme un tranchelard. Le Sashimi possèdant une lame longue, il permet alors de trancher nos rouleaux pour en faire des maki. L'avantage de cette longue lame est de pouvoir trancher une pièce de maki en un geste, sans avoir à découper le rouleau comme on le ferait avec un steak et un couteau mal aguisé. Cela évite alors de conserver la feuille d'algue nori en bon état, la garniture restant également compacte. Petite astuce : mouiller régulièrement la lame avec de l'eau permet une découpe plus fluide et une meilleure pénétration dans la feuille d'algue nori.  
  Bien évidemment, ces trois couteaux ne constituent pas une liste exhaustive, et vous pouvez tout à fait utiliser vos couteaux traditionnels pour réaliser de superbes sushi et maki. Ces trois couteaux vous offrent simplement des avantages pratiques en terme de coupe et de résistance.   N'hésitez pas à vous rapprocher de nous en magasin, et si vous voulez également les tester, vous pouvez vous inscrire au cours de sushi que vous propose Gérald : http://bit.ly/OO5qdd !   Bon appétit !   Matthias Conseiller de vente Cuisine A votre service !
Pour dénicher les dernières idées et rencontrer les passionnés, rendez vous sur zodiosphere.fr