Le dernier jour d’un Mojito
  • Imprimer

Le dernier jour d’un Mojito

Le dernier jour d’un Mojito

  Le dernier jour d’un Mojito   Inspiré de  l’œuvre original, Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo. « La pièce est sombre et froide. Le sol, un carrelage bleuté avec une légère calligraphie sur le coté gauche des carreaux. J’entends un bruit d’ambiance qui semble venir des pièces voisines. Les festivités approchent ? Surement aurais-je un malin plaisir si je n’envisageais pas le pire. Le chemin parcourus jusqu’ici, ne peut être vain. Je me sens condamné. Mais condamné à quoi ? Et quand ? Je suis fatigué. Fatigué de toute cette agitation à venir.  

  Enfin je me calme. Nostalgie. Je pense à cet endroit si coloré. De gauche à droite. De droite à gauche. Ils passent. Ils repassent. De droite à gauche. Vêtue d’un tablier marron, orné d’un grand Ô vert, l’allure fière ils passaient devant moi chaque jour si rassurant d’un regard du coin de l’œil. « Conseiller ». Voilà comme ils se nommaient. Je me souviens le jour ou ce grand barbue m’amena ici pour la première fois. Il m’avait sorti de ma boite en carton, et m’avait gentiment déposé sur cette tablette en métal. J’aime le métal, il est froid, comme le sol, et ne souffre d’aucune déformation. Dans ce qui semblait être un énorme entrepôt, je n’étais pas seul. Un tas d’autres verres, aussi longs et larges que moi cherchaient audacieusement une place.   Ce jour là, il pleuvait. Je me souviens encore de l’énorme manteau jaune et humide que portait ce monsieur. Monsieur chez qui je suis aujourd’hui. Les autres verres m’avaient prévenu. « Un jour un homme mettra la main sur toi et t’arrachera à ta condition ». J’avais souris. Ce jour, c’était hier. A présent, je ne suis plus qu’un verre de plus dans une cuisine de plus.. La suite, je ne suis pas sur de la connaitre.   Ma tête tourne. Je bouge. Est-ce l’heure H? On me serre fort. C’est lui. L’homme à la parka jaune et humide. On me pose. La salle est colorée et justement décorée. Au vue des nombreux rires qui résonnent dans la pièce l’ambiance semble joyeuse. Je ne m’entends plus penser. Les lumières puissantes n’arrangent pas mon cas. L’atmosphère, contrairement a ceux qui m’entourent, me pèse. Mon heure est venue..   Tiens ! Une forte odeur de Menthe m’envahie. Elle s’intensifie en restant supportable. A présent du Citron Vert ! Le mélange des deux me ravie. Quel plaisir ! Que m’arrive-t-il ? Est-ce ce bonheur éphémère qui s’offre à ceux qui vont disparaître à jamais. Au tour du Sucre, pas n’importe lequel ; de Canne je vous pris. Du Sucre de Canne. Si parfumé lui aussi. Je bouge à nouveau. On me pose. Je reconnais ce liquide. Délicieux et brûlant. Du Rhum. Il me donne chaud. Cherche-t-il à m’anesthésié ? Aaahh, de l’eau Gazeuse !! Voila qui compense. Merci Mesdames, messieurs, qui que vous soyez. Ce savant mélange me libère de mon propre poids. Je me régale. La partie ne semble pas terminée. Qu’est-ce ? De la glace. Voici de la glace. Elle est découpée en morceaux. Elle rafraichit l’ensemble à merveille…Quel plaisir.   Je me sens Frais! Acide ! Amer! Pétillant ! Brut ! Frais ! Je bouge à nouveau. Cette fois on ne me pose pas. J’ai compris. Je vais être bu… A votre tour. Régalez-vous ».  

  Aux termes de ce récit qui retrace les dernières 24 heures d’un Mojito (Le célébre cocktail à base de Rhum né Cuba dans les années 1910), je vous invite, mes chères internautes Zôdio, dans votre plus beau manteau jaune et humide à venir chez Zôdio Massy, découvrir l’envers du décor. Les Verres à Mojito Leonardo, les pilons en bois, broyeurs à glace, le sirop Mint Mojito MONIN, bref, une panoplie complète pour réaliser de parfait Mojito Maison.  

    A bientôt au rayon Cocktail de votre Magasin Zôdio. Leonard, Conseiller de vente Cuisine.  

N'oubliez pas de nous rejoindre sur notre page officielle https://www.facebook.com/zodio.massy

 

Pour dénicher les dernières idées et rencontrer les passionnés, rendez vous sur zodiosphere.fr